Flambage de carte – Meet Matte Hughes

 » Dépensière ? Noooon ! Financièrement instable. « 

Je me suis souvent demandé si un jour je serai capable de me défaire de cette pulsion récurrente et incontrôlable qui me tire (ou me pousse, honnêtement la métaphore fonctionne dans tous les sens et ne change rien à la situation) vers le magasin le plus proche chaque fois que je touche une paye.

8cm6m (1).jpg

Je pense que je suis loin d’être la seule qui se trouve toutes les excuses du monde pour succomber à un petit flambage de carte bleu en ce jour sacré. Tout est permis, et pas de regrets. En tout cas, jusqu’à ce que, en plein milieu du mois, mon compte bancaire affiche un nombre entre 0 et 2 malgré mes prières.

Dans cette rubrique je vous ferai part de ces petites pulsions, de mes petits coups de coeur, ou de ces choses vraiment inutiles que j’achète après quelques secondes d’auto-persuasion (art que je maîtrise avec brio lorsqu’il s’agit de soulager ma conscience).

Et s’il existe une chose qui peut faire très facilement chavirer mon coeur et noyer mes comptes sous une mer de regrets, ce sont les Long Lasting Liquid Lipstick de chez The Balm

« Meet Matt(e) Hughes », petits bijoux au packagings alléchants, qui m’ont vraiment donné l’impression d’être un objet ultra influençable du cercle de la consommation lors de mon premier achat d’un produit The Balm. Mais il s’est avéré par la suite qu’en plus de leur design, ils sont de très bonne qualité, durent longtemps, offrent une couvrance géniale… et sentent la menthe. Ce qui n’est pas à négliger. 

DSC05181

Facile à trouver, direction Monoprix, parce que ce n’est pas avec mon petit salaire de stagiaire que je vais faire semblant d’avoir les moyens de mettre 50 balles dans ce qui servira par la suite à me peindre le visage. Une quinzaine d’euros seulement par Matt(e) suffit à me combler de bonheur. Voici donc les beautés. Petite collection personnelle dont je ne suis pas peu fière.

DSC05195

A vrai dire, j’ai tendance à utiliser uniquement des rouge à lèvre mate, simplement parce qu’à la fin de la journée, j’aime que mes lèvres ne brillent pas autant que ma zone T. J’ai essayé plusieurs marques, me suis fait conseiller par des vendeuses aussi stupides qu’incompétentes, et ai fini par tomber sur ces petites merveilles par hasard. Voici les références dans le même ordre que la photo précédente. 

DSC05197

Petits conseils d’utilisation (et ça c’est gratuit) :

  • La brosse possède des bords assez fins pour commencer à appliquer la couleur autour des lèvres comme avec un crayon. Alors petite précision pour les moins malins d’entre vous : pas « autour-autour » . On évite au maximum de faire concurrence à la faussement jolie Kylie-MonChirurgienEstRiche-Jenner. Même si, je dois bien l’avouer, ça m’arrive assez fréquemment de tricher.  À la maternelle je devait être le genre de gosse qui applique la couleur toujours en dehors de la zone à colorier.
  • Une fois appliqué, un petit twerk de lèvres, et on laisse sécher 1 à 2 minutes. En estompant avec un mouchoir, le résultat sera joli, mais un peu plus clair, avec un fini plus léger.
  • Un p’tit sourire et…. On oublie pas de vérifier ses dents. On est pas à l’abris de petites taches sur ses quenottes, qui, si elles ne sont pas supprimées, risquent de vous rendre vraiment très ridicule. De rien.

DSC05215

Pas de lèvres qui tombent en lambeaux au fil de la journée, pas de galère pour se démaquiller et SURTOUT, un VRAI FINI MATE BORDEL. Sans parler des couleurs. Sérieusement, je crois que si je n’avais pas un minimum les pieds sur terre, j’aurai déjà érigé un autel en l’honneur de ces trous dans mes relevés bancaires. Ca vaut vraiment le coup. Prochain bébé: « Reliable »

Orel (aka 013, présente pour jeter l’encre dans la rubrique « C koi ton livre ? »)